Soigner la solitude et soigner la mèmoire

Soigner la solitude et soigner la mèmoire

EXCLUSIF – Treizième chronique de Philomène !

Très cultivé, auteur de poèmes, François a un parcours de vie exceptionnel : des tas de métiers, des tas de vies. Et son goût du voyage et de l’aventure ont parfait sa vie multicolore !

Il a tout fait, mais pourtant aujourd’hui, l’essentiel lui manque : la compagnie. Ses enfants ne sont pas à Paris, il est assez seul.

Sa fille, ennuyée de cette solitude, appelle Philomène à la rescousse. Voulant bien faire lors du premier entretien, elle parle, intarissable, et ne laisse pas son père en caser une : l’homme congédie Philomène :

« Je n’ai besoin de rien ».

Échec pour Philomène ? Pas si vite ! Un mois plus tard, le téléphone sonne. Le bougon avait saisi le combiné de son plein gré. Il ne sait pas bien ce qu’il veut. Il sait tout, il a tout, même une gardienne qui veille sur lui.

Philomène doit donc trouver la faille : elle la trouve, notre homme perd la mémoire. Il aime tant apprendre, découvrir. Alors Philomène, comme un exercice sportif pour garder la forme, lui fait raconter ses mémoires à l’oral, et le fait cogiter autour de ces sujets qui l’intéressent.

Il y en a bien d’autres autour de tout un chacun qui souffrent de solitude et qui perdent la mémoire… Leur parlerez-vous de Philomène ?

 

Régalez-vous des autres chroniques de Philomène : retrouvez toutes ses belles histoires ici.

No Comments

Post a Comment